Bannière
suivre ilereunion.com sur twitter
Nous sommes le 30 Mars 2017

Chargement en cours...

Chargement en cours
Informations - Pratiques

Cyclone ile de la réunion

 

LE RISQUE CYCLONIQUE ET VENTS FORTS

 

 

Qu'est-ce qu'un cyclone ?

 

cyclone à la réunionUn cyclone tropical est une perturbation atmosphérique tourbillonnaire se caractérisant par une énorme masse nuageuse d'un diamètre moyen de 500 km, mais pouvant dépasser exceptionnellement 1 000 km. Il naît au-dessus des eaux chaudes tropicales uniquement si des conditions thermiques, géographiques et météorologiques bien définies sont réunies.

 

L'activité nuageuse associée au cyclone est organisée en bandes spiralées qui convergent vers un anneau central où les pluies sont torrentielles et les vents d'une violence extrême.Cet anneau, matérialisé par une muraille nuageuse de 14 à 18 km de hauteur, constitue ce que l'on appelle le mur de l'œil du cyclone.

 

Il délimite une zone centrale « d'accalmie » correspondant à l'œil du cyclone, d'un diamètre très variable, de l'ordre de 40 km en moyenne, et où les vents sont faibles et le ciel peu nuageux.

 

Le cyclone est associé à une zone de basse pression atmosphérique (ou dépression) très creuse. La pression centrale est généralement inférieure à 960 hPa (hectoPascal), voire 900 hPa pour les cyclones les plus intenses, sachant que la pression atmosphérique moyenne habituelle est de 1 013 hPa. Cette différence de pression entre le cœur du système et sa périphérie est à l'origine des vents violents du cyclone.

 

Par définition, un cyclone tropical est une dépression d'origine tropicale dans laquelle la vitesse des vents maximaux, moyennée sur 10 minutes, est égale ou supérieure à 118 km/h, sachant qu'à ce stade, les rafales maximales peuvent déjà atteindre 170 km/h.

 

Ainsi, en pratique, les conditions cycloniques correspondent à des vents de plus de 150 km/h en pointes. Les vents associés à des rafales comprises entre 100 et 150 km/h rentrent dans la catégorie des vents forts « non cycloniques ».

 

Comment se manifeste-t-il ?

 

Le caractère destructeur des phénomènes cycloniques est dû :

 

  • aux vents, dont les rafales peuvent dépasser les 300 km/h. Les changements de direction et les renforcements, souvent brutaux, notamment de part et d'autre du passage de l'œil, peuvent être à l'origine de dégâts considérables ; par ailleurs, le vent, lorsqu'il atteint des valeurs très élevées, transforme en véritables missiles les objets parfois très lourds qu'il est alors capable d'emporter ;
  • aux précipitations souvent torrentielles, source d'aléas importants : inondations, glissements de terrain et coulées boueuses en particulier ;
  • à une surélévation du niveau de la mer anormale et temporaire qui, associée à la marée astronomique, donne ce que l'on appelle la « marée de tempête » ;
  • à la houle cyclonique, dont les vagues générées par le vent, hautes d'une dizaine de mètres ou plus, peuvent être observées jusqu'à 1 000 km du cyclone à l'origine de sa formation.

 

Les conséquences sur les personnes, les biens et l'environnement :

 

  • Conséquences humaines : victimes corporelles et sans abri. Les causes de décès ou de blessures sont surtout dues aux marées de tempête provoquant l'inondation des zones basses littorales et aux effets liés aux fortes précipitations (chute de blocs, coulées boueuses…).
  • Conséquences sur les biens : destruction partielle ou totale des édifices, des infrastructures de transports, des infrastructures industrielles, des réseaux divers (eaux, électricité, télécommunication), des infrastructures agricoles et interruption des liaisons aériennes et maritimes. Ces destructions peuvent avoir un coût considérable.
  • Conséquences sur l'environnement : destruction des zones forestières, des cultures, du bétail, dégâts sur la faune et la flore liés aux inondations et aux vents violents.

 

Le risque cyclonique et vents forts à la Réunion.

 

La menace cyclonique à la Réunion s'étend de décembre à avril, avec un maximum de risque sur les trois mois d'été austral, entre janvier et mars. Néanmoins, dans le bassin cyclonique du sud-ouest de l'océan Indien, des cyclones matures ont déjà été observés dès le mois d'octobre et jusqu'en mai.

 

Même si statistiquement, il apparaît que les régions est et nord-est de la Réunion sont davantage exposées, tous les secteurs de l'île sont néanmoins susceptibles d'être touchés par la partie la plus active d'un cyclone tropical. (zone la plus violente, assez réduite, située au cœur du cyclone).

 

Les statistiques donnent une période de retour d'environ 6 ans pour l'observation de vents cycloniques sur l'île. Ceci dit, il est déjà arrivé que deux cyclones ravagent l'île à un an d'intervalle (par exemple en 1944 et 1945).

 

Par ailleurs, les tempêtes tropicales peuvent aussi provoquer des dégâts importants lorsqu'elles passent à proximité immédiate de l'île, de par les pluies abondantes qu'elles peuvent générer.

 

  • Église de Grand îlet – 1994 Cyclone Hollanda

 

Aussi, si l'on considère l'ensemble des cyclones et tempêtes qui sont passés à moins de 100 km des côtes ces dernières 40 années, la durée de retour d'un tel phénomène s'établit alors à environ 2 ans, avec toutefois une répartition très irrégulière dans le temps.

 

  • Janvier 2002 – Cyclone Dina – dégâts très importants
  • Janvier 1989 – Cyclone Firinga – 4 morts et de sérieux dégâts
  • Janvier 1980 – Tempête Hyacinthe – 25 morts et dommages très importants, essentiellement dus aux précipitations records tombées en l'espace de 15 jours
  • Février 1962 – Cyclone Jenny – 36 morts et dégâts considérables dus au vent (rafales estimées à 250 Km/h à Gillot)
  • Janvier 1948 – Cyclone – 165 morts et dégâts énormes (perte totale pour les cultures vivrières)

 

Les mesures prises pour faire face aux risques

 

La prise en compte du risque dans les règles de construction

 

Il s'agit de mettre en œuvre des règles de construction para-cyclonique destinées à améliorer la résistance générale du bâti contre les cyclones et surtout contre les vents violents. Un bâtiment construit selon ces règles pourra subir des dégâts plus ou moins importants mais préservera mieux la vie de ses occupants.

 

La prise en compte du risque dans l'aménagement du territoire

 

La réduction des conséquences destructrices des cyclones passe par la maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risque grâce aux différents documents d'urbanisme existants (SAR, SCOT, PLU, PPR…).

 

La surveillance météorologique

 

La surveillance des dépressions et cyclones tropicaux repose pour l'essentiel sur l'exploitation des données satellitaires. Ces images permettent de localiser le centre de la perturbation et donc, d'une image sur l'autre, de déterminer son déplacement ;l'utilisation de techniques d'analyse fiables et performantes permettent également d'en apprécier l'intensité.

 

Pour la réception directe de ces images, le Centre des Cyclones Tropicaux de la Réunion (direction interrégionale de Météo-France à Saint-Denis) est doté de plusieurs stations de réception satellitaire à haute résolution.

 

Par ailleurs, des progrès sont enregistrés au niveau de la prévision de ces phénomènes grâce à l'amélioration progressive de la modélisation numérique. Ainsi, l'analyse des perturbations tropicales, leur suivi et la prévision de leur trajectoire et de leur intensité permettent de déclencher à temps les alertes cycloniques.

 

Les systèmes d'alertes cyclonique et de vents forts

 

En cas de menace cyclonique, le préfet déclenche les alertes prévues au plan de secours spécialisé « Cyclones » (PSS Cyclones) afin d'avertir en temps utile la population.

 

Ce système d'alerte a permis de faire chuter considérablement le nombre de victimes et l'ampleur des dégâts provoqués par un cyclone. Le plan prévoit deux niveaux d'alerte, l'alerte orange et l'alerte rouge, précédés d'une phase de vigilance et éventuellement suivis d'une phase de prudence :

  • la vigilance cyclonique : il s'agit d'une mise en garde contre le péril cyclonique. Une perturbation cyclonique évolue dans la zone ; elle présente une menace pour la Réunion sans pour autant qu'un délai puisse être indiqué de façon précise ;
  • alerte orange : la menace se précise. Il peut y avoir danger pour l'île dans les 24 heures. Les établissements scolaires et les crèches ferment mais la vie économique continue ;
  • alerte rouge : elle indique que le danger cyclonique est imminent ; le cyclone ou la tempête affectera l'île ou sa périphérie immédiate dans les heures qui suivent. En alerte rouge, toute circulation est formellement interdite et il est interdit de sortir de chez soi. La population dispose d'un préavis de 3 heures pour se mettre à l'abri et prendre toutes mesures propres à assurer sa sécurité et celle de ses proches ;
  • la phase de prudence : la menace cyclonique est écartée mais des dangers demeurent suite au passage du phénomène (réseau routier totalement ou partiellement impraticable, arbres arrachés, fils électriques à terre, radiers submergés, éboulements, etc.). Tous les établissements scolaires et les crèches restent fermés. La circulation peut être partiellement ou totalement interdite.

 

En cas de risque de vents forts non « cycloniques » (entre 100 et 150 km/h en pointes), associés au passage au loin d'un cyclone ou d'une tempête ne justifiant donc pas l'activation du plan « Cyclones », mais pouvant avoir des conséquences néfastes sur tout ou partie de l'île, c'est le plan « Évènements Météorologiques Dangereux » (EMD) qui s'applique.

 

Météo-France diffuse alors des bulletins de vigilance « vents forts », assortis de conseils de comportement permettant l'information de la population. En cas de désordres importants, le préfet peut en déclencher la phase de sauvegarde dont l'objectif est d'organiser les secours aux populations.

 

consignes de sécurité en cas de cyclone à la réunion

Source risquesnaturels.re

 

+ d'info..

 

 

 

À VOIR

Retrouvez notre site Ilereunion.com - guide ile de la réunion dans la catégorie La Réunion (974) : Guide touristique Ile de La Réunion

Valid XHTML 1.0 Transitional
www.ilereunion.com-Google pagerank and Worth